EXPERT EN RADICALISATION et DERIVES
Articles les plus vus
Catégories
Partenaire
Visites

Les émeutes à Jérusalem ?

Mais quelle est cette loi qui est à l’origine les émeutes à Jérusalem ?

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israëlpar .
 
La loi des absents qui favorise les juifs au détriments des Arabes et les émeutes à Jérusalem

Bien que les questions plus importantes à l’origine du conflit actuel à Sheikh Jarrah et sur le Mont du Temple soient liées au nationalisme et à la religion, l’impulsion immédiate de la crise provient de la loi sur les biens des absents, peu connue.

Comment cette loi a-t-elle vu le jour historiquement, que signifie-t-elle aujourd’hui et pourquoi semble-t-elle favoriser les Juifs par rapport aux Arabes ?

Datant de 1950, juste après la guerre d’indépendance de 1948-1949, cette loi a été utilisée pour reprendre les maisons et les terres que les Arabes avaient laissées vides ou abandonnées pendant ou après les combats.

Avec Israël, les Palestiniens, les Jordaniens et tous les autres voisins dans un état de guerre gelé, beaucoup de gens ne rentraient pas « chez eux », donc personne n’était expulsé.

La Jordanie a confisqué les propriétés vacantes que les Juifs auraient pu posséder auparavant et Israël a confisqué les propriétés vacantes que les Arabes auraient pu posséder auparavant.
Il s’agissait simplement d’utiliser des terres qui, autrement, seraient restées vacantes.

Cela ne s’appliquait pas du tout à Jérusalem-Est car, à l’époque et jusqu’en 1967, la Jordanie contrôlait l’ensemble de Jérusalem-Est.

En prenant le contrôle de Jérusalem-Est en 1967, un développement géopolitique, Israël a en quelque sorte rompu l’équilibre juridique ténu.

Plusieurs décennies plus tard, les controverses actuelles et récentes portent sur la question de savoir dans quelle mesure l’État peut faire de même à Jérusalem-Est,avec toutes les questions juridiques, politiques et internationales que cela implique.

Environ 300 Arabes, dont certains vivent à Sheikh Jarrah depuis plus de 70 ans, pourraient être expulsés par la société Nahalat Shimon, qui cherche à étendre les logements juifs à Jérusalem-Est, si la Haute Cour n’intervient pas pour annuler les décisions des tribunaux inférieurs en faveur de l’expulsion.

Selon la juridiction inférieure, les affaires sont ouvertes et fermées.

Les Arabes ont peut-être vécu à Sheikh Jarrah pendant 70 ans, mais la propriété n’a jamais été transférée à leur nom, et Nahalat Shimon a acheté les propriétés aux véritables propriétaires fonciers répertoriés.

Les critiques ont déclaré que cela ne tient pas compte du chaos que de nombreux Arabes palestiniens ont enduré sous la domination jordanienne de 1948 à 1967 et qu’Amman ne s’attendait pas à perdre le contrôle de Jérusalem-Est au profit d’Israël.

Si elle avait prévu ce qui pourrait se passer deux décennies plus tard et que ses archives foncières pourraient faire la différence dans les procédures judiciaires israéliennes en 2021, peut-être la Jordanie ou les Palestiniens auraient-ils été plus prudents.

Quoi qu’il en soit, les critiques peuvent faire valoir qu’il ne s’agit pas d’une simple question de cadastre et que, dans de nombreux cas, Nahalat Shimon a payé un montant tellement minuscule de la valeur réelle aux vendeurs, parfois à l’État, que leurs achats n’étaient pas authentiques.

Les critiques affirment également qu’il est impossible que les Juifs puissent effectuer de tels achats pour « récupérer » des terres juives, alors qu’il n’existe aucun moyen comparable pour les Arabes de « récupérer » leurs terres en Israël même.

Des arguments similaires sont avancés par les détracteurs de la Loi du retour d’Israël, qui favorise les Juifs par rapport aux Palestiniens.

Pourtant, à certains égards, la loi sur les biens des absents irrite encore plus les critiques.

Certains critiques comprennent que la citoyenneté et l’entrée dans un pays intègrent souvent certaines considérations nationalistes et idéologiques. Mais le droit de la propriété est censé être directement égal et équitable pour tous.

Les partisans de l’expulsion peuvent faire remarquer que l’autre facette de l’inégalité est que les Juifs ne peuvent pas vivre en Jordanie ou dans les zones administrées par l’AP, même en tant que petite minorité.

Les solutions proposées par la gauche de l’échiquier politique vont de l’affirmation selon laquelle, si les Juifs récupèrent des terres, Israël doit alors « rendre » des terres comparables aux Arabes de Jérusalem-Est, à l’affirmation selon laquelle les Arabes de Jérusalem-Est peuvent rester et Nahalat Shimon peut obtenir une compensation pour avoir dû renoncer à ses droits de propriété.

Quoi qu’il en soit, le résultat du tribunal de première instance, fondé sur la simple question des registres fonciers, n’est pas satisfaisant pour la plupart des pays du monde, même pour les alliés d’Israël comme les États-Unis, le Canada et certains pays européens.

Bien qu’il n’y ait pas de processus de paix en cours, la majorité de la planète souhaite que le statut actuel de Jérusalem soit gelé afin que, si les négociations entre Israël et les Palestiniens reprennent, il y ait toujours une Jérusalem-Est à donner à Ramallah.

L’État a été incohérent dans l’application de la loi au fil des ans, l’invoquant parfois et parfois non.
Les anciens procureurs généraux Menahem Mazuz et Meir Shamgar, ainsi que d’autres juristes de renom, s’étaient auparavant opposés à son utilisation.

Puis en 2015, la Haute Cour de justice, ainsi que le procureur général de l’époque, Yehuda Weinstein, ont semblé trouver un compromis.

D’une part, un panel élargi de sept juges de la cour, dont le juge israélo-arabe Salim Joubran, a confirmé la constitutionnalité de la loi. D’autre part, ils ne l’ont fait qu’après que Weinstein ait déjà informé la Cour que l’État s’abstiendrait d’appliquer la loi.

Pourquoi la Haute Cour a-t-elle statué comme elle l’a fait ?

Les juges ont expliqué en 2015 que s’ils déclaraient la loi inconstitutionnelle, cela pourrait ouvrir rétroactivement une inimaginable « boîte de Pandore » de litiges sur les confiscations passées.

À l’époque, le pétitionnaire Adalah, une organisation de défense des droits de l’homme, a affirmé que s’il y a eu une injustice, elle doit être réparée quels que soient les inconvénients et les litiges qui s’ensuivront, mais la Cour a rejeté son argument pour des raisons pragmatiques.

Tout comme aujourd’hui, lorsque le procureur général Avichai Mandelblit n’est pas intervenu avant que la question n’atteigne la Haute Cour, Weinstein a lui aussi été mis à contribution, apparemment contre son gré.

Les juges voulaient que Weinstein leur donne une sorte de solution pragmatique, comme celle qu’il a fini par produire.

En 2015, au moins deux juges ont écrit que si, selon la lettre de la loi sur les biens des absents, rédigée en termes vagues, les Arabes de Jérusalem-Est pouvaient être expulsés, la même formulation pouvait également être appliquée de manière absurde aux forces de sécurité israéliennes servant dans un État ennemi – car une partie de la loi permet de confisquer les biens d’un propriétaire antérieur qui a déménagé dans un pays ennemi sans aucune différenciation de but.

Cependant, étant donné que la loi a maintenant six ans de plus qu’en 2015, la boîte de Pandore que la Haute Cour ouvrirait si elle rejetait la loi serait encore plus profonde….

La question est de savoir si Mandelblit et la Cour parviendront à un compromis créatif similaire à celui de 2015, si un nouveau gouvernement pourrait geler la question indéfiniment ou si la loi – et toutes les réactions géopolitiques qui l’accompagneront – sera finalement adoptée.

Sélection de Claudine Douillet pour Alliance Magazine