EXPERT EN RADICALISATION et DERIVES
Articles les plus vus
Catégories
Partenaire
Visites

Les plus de 75 ans pourront se faire vacciner dès le 18 janvier.

«Les personnes âgées de 75 ans et plus pourront se faire vacciner à partir du lundi 18 janvier dans des centres de vaccination», a annoncé jeudi le Premier ministre, indiquant que 300 centres de vaccination vont voir le jour, puis 600.

«Les préfets de département seront les patrons», ajoute-t-il, précisant qu’il y aura « un pilote par département des opérations logistiques de vaccination».

Les pharmaciens attendent le feu vert de l’exécutif pour vacciner

Les pharmacies pourraient participé à la campagne de vaccination.
Les pharmacies pourraient participé à la campagne de vaccination. © AFP

Alors que le gouvernement veut donner un coup d’accélérateur à la campagne de vaccination pour qu’un million de personnes reçoivent une injection d’ici la fin janvier, les pharmacies proposent de s’impliquer. En attendant le feu vert de l’exécutif, certaines officines préparent déjà leur dispositif.

Entre un rayon de crèmes pour les mains et un de pastilles pour la gorge, une petite porte est marquée « local de confidentialité ». A l’intérieur trône un frigo « où on peut conserver les doses », explique l’une des pharmaciennes. Cette pharmacie de Rambouillet est prête à participer à la campagne de vaccination contre le coronavirus. Elle attend toutefois, comme une large partie de la profession, le feu vert des autorités sanitaires. 

« On a démontré l’implication des pharmaciens dans la gestion de la crise »

Lors d’une conférence de presse menée jeudi avec le Premier ministre, Olivier Véran a dit viser un « rythme de croisière » de « plusieurs dizaines de milliers » d’injections par jour afin d’enregistrer un million de vaccination d’ici la fin janvier. Formés depuis deux ans à la vaccination, à l’époque contre la grippe, les pharmaciens pourraient aider à atteindre cet objectif. « On a même envisagé d’agrandir un peu les locaux pour pouvoir doubler notre capacité de personnes à vacciner », explique Murielle Seguin, qui travaille dans cette pharmacie rambolitaine. 800 personnes y ont été vaccinées contre la grippe au cours des derniers hivers. 

Associer les pharmaciens à la stratégie vaccinale, c’est une question de logique pour Renaud Nadjahi, le patron de l’officine. « Je crois que l’on a démontré l’implication du pharmacien dans la gestion de la crise sanitaire. En partant des masques, en passant par les tests antigéniques et maintenant la vaccination. Je crois, j’espère, que cette possibilité sera donnée aussi aux pharmaciens. » Ses clients sont du même avis, comme l’affirme celle qui attend le résultat d’un test antigénique : « Je suis complètement pour. J’ai autant confiance en mon pharmacien qu’en mon médecin. »

« Accélérer et faciliter le parcours du patient »

« Quand on a la chance d’avoir un réseau pharmaceutique aussi dense, proche des patients, sans déficit démographique – car on est présent dans tous les villages, même dans les zones difficiles où il n’y a pas de médecin, il faut s’appuyer ce réseau ! », insiste de son côté Gilles Bonnefond, le président de l’Union des syndicats des pharmaciens d’officine.

« On a le savoir-faire. On va accélérer et faciliter le parcours du patient. Quand vous avez plus de 75 ans, on vous dit de ne surtout pas aller dans des endroits où il y a beaucoup de monde, éviter de trop sortir, et là, on voudrait les envoyer à partir du 18 janvier dans des ‘vaccinodromes’, où on concentrerait de la population. C’est un non-sens par rapport à ce qu’on préconise depuis des mois aux personnes âgées. En pharmacie, c’est beaucoup plus dilué et ça permet d’éviter la concentration », conclut-il. 

Par Pierre Herbulot, édité par Laetitia Drevet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.