EXPERT EN RADICALISATION et DERIVES
Articles les plus vus
Catégories
Partenaire
Visites

Sondage Ifop : chez les jeunes, une laïcité…

Sondage Ifop : chez les jeunes, une laïcité "à l'américaine" de plus en plus populaire
D’après un sondage de l’Ifop, les lycéens français rejettent majoritairement la loi de 2004 sur les signes religieux à l’école et la liberté de critique des religions.
MATTHIEU ALEXANDRE / AFP

… »à l’américaine » de plus en plus populaire

Une jeunesse diversitaire ?

Par

Un nouveau sondage publié ce mercredi 3 mars confirme l’existence d’une fracture générationnelle : les lycéens s’y révèlent, au contraire du reste de la population française, ouverts à l’expression de la religiosité dans l’espace public et majoritairement hostiles à la liberté de critique des religions.

En novembre dernier, notre sondage exclusif réalisé avec l’Ifop révélait que les jeunes de 18 à 30 ans se positionnaient « en rupture avec le reste de la population française » sur un certain nombre de sujets clefs : laïcité, rapport au religieux, liberté d’expression… Cette fois-ci, l’institut d’opinion réduit la focale en se concentrant sur les lycéens, dans une étude menée auprès d’un échantillon de 1.006 élèves âgés de 15 à 17 ans réalisé pour le magazine de la Licra, Droit de vivre, publiée ce mercredi 3 mars.

Les résultats de ce sondage, en continuité avec ceux d’il y a trois mois, confirment que « la population scolarisée dans le second cycle du second degré apparaît imprégnée d’une vision très “inclusive” de la laïcité dans laquelle celle-ci est réduite au principe de neutralité de l’État tout en étant associée à une grande tolérance à l’égard des manifestations de religiosité dans l’espace scolaire ». Autre fait saillant relevé par l’Ifop, «ces jeunes, et tout particulièrement les lycéens musulmans et/ou scolarisés dans les zones d’éducation prioritaire (REP), se distinguent aussi par leur hostilité à toute critique susceptible de heurter la susceptibilité des minorités. »

LA LOI DE 2004 SUR LES SIGNES RELIGIEUX À L’ÉCOLE REJETÉE PAR LES LYCÉENS

Une courte majorité de lycéens se déclare favorable au fait d’autoriser le port de signes religieux ostensibles dans les lycées (52%) et même les collèges (50%) publics, une perspective à laquelle s’opposent pourtant trois quarts de l’ensemble des Français. Parmi les facteurs de différenciation entre lycéens, deux se détachent, comme dans l’ensemble du sondage : la religion et le type d’établissement fréquenté. En effet, l’abrogation de la loi de 2004 sur les signes religieux à l’école est plébiscitée par les lycéens musulmans (88% pour le lycée, 86% pour le collège) et les élèves des lycées classés en éducation prioritaire (REP).

Pour François Kraus, directeur du pôle politique / actualités au département Opinion de l’Ifop, ces résultats ne peuvent que provoquer « des doutes sur la pérennité de la loi de 2004 : son assise politique ne pouvant que s’effriter au fil des années en raison du poids croissant des musulmans en France mais aussi d’une forme d’ »américanisation » des mentalités qui fait de l’acceptation des expressions religieuses dans l’espace scolaire un marqueur générationnel ». Cette évolution se traduit par une forte proportion de jeunes (38%, dont 76% chez les musulmans) favorables à l’autorisation du burkini pour les collégiennes et lycéennes, ainsi qu’à l’introduction d’une loi autorisant des horaires réservés aux femmes dans les piscines municipales (37%, dont 80% chez les lycéens musulmans).