EXPERT EN RADICALISATION et DERIVES
Articles les plus vus
Catégories
Partenaire
Visites

Strasbourg : Pourquoi la subvention…

…de la ville pour la construction d’une mosquée est très controversée ?

LAICITE  Le conseil municipal de Strasbourg a adopté, après de longs et vifs débats, une subvention de plus de 2,5 millions d’euros pour la construction de la mosquée Eyyub Sultan, la plus grande d’Europe, située dans le quartier de la Meinau Gilles Varela

La Grande mosquée Eyyub Sultan à Strasbourg le 23 mars 2021.
La Grande mosquée Eyyub Sultan à Strasbourg le 23 mars 2021. — G. Varela / 20 Minutes
  • La grande mosquée Eyyub Sultan, à deux pas du stade de la Meinau, s’impose et promet de répondre à l’attente de nombreux fidèles. Une fois achevée, ce sera la plus grande d’Europe.
  • Le chantier, faute de dons suffisants, a dû s’arrêter cet hiver.
  • Certains élus s’inquiètent de l’association qui porte le projet, estimée proche du pouvoir turc et qui a refusé de signer la future Charte des principes pour l’islam de France. Une « organisation politico-religieuse » selon la socialiste Catherine Trautmann.
  • La majorité écologiste a voté le principe d’une subvention de plus de 2,5 millions, sans l’aval des autres groupes de droite ou de gauche. Un autre vote viendra confirmer son versement.

Comme attendu, le débat et le vote en conseil municipal de Strasbourg lundi d’une subvention de 2,56 millions d’euros pour la Grande mosquée turcophone Eyyub Sultan n’ont pas manqué d’être « passionnés ». Entre « respects des règles », idéologie, politique et transparence, les débats divisant les groupes d’opposition et la majorité EELV de la maire Jean Barseghian se sont conclus par un amendement. Un vote qui finalement reporte à une nouvelle échéance le versement de la subvention. 20 Minutes vous fait un petit récapitulatif des enjeux et des questions qui agitent l’assemblée municipale.

De quoi et de qui parle-t-on ?

Impossible de la manquer. La grande mosquée Eyyub Sultan, promise à devenir la plus grande mosquée d’Europe, à deux pas du stade de la Meinau, s’impose et doit répondre à l’attente de nombreux fidèles strasbourgeois. Problème, si la première pierre a été posée en 2017 et que les grues se sont succédé, le chantier, faute de dons suffisants, a dû s’arrêter cet hiver, même si l’on peut remarquer une reprise timide ces dernières semaines.

Portée par l’association cultuelle d’origine turque « Confédération Islamique du Milli Görüs Grande Mosquée Eyyub Sultan » , le coût du bâtiment est estimé à 32 millions d’euros dont 24 millions d’euros pour le chantier lui-même. L’association a demandé une aide financière à la ville à hauteur de 10 % du montant de la construction de la mosquée, comme cela a été rendu possible par une délibération municipale strasbourgeoise datant de 1999. Délibération qui prévoyait l’extension du droit local à l’ensemble des cultes autorisés par l’Etat et accordait donc la possibilité d’une subvention de 10 %. Un principe qui a permis d’aider un grand nombre de lieux de culte.

La Grande mosquée Eyyub Sultan à Strasbourg le 23 mars 2021.
La Grande mosquée Eyyub Sultan à Strasbourg le 23 mars 2021. – G. Varela / 20 Minutes

Qui porte le projet de la mosquée ?

Ce n’est pas la mosquée en elle-même qui inquiète certains élus. Mais l’association qui la porte. Association supposée par certains être proche du pouvoir turc. Une association qui interroge, qualifiée d’« organisation politico-religieuse » par la socialiste Catherine Trautmann. Cette dernière a d’ailleurs demandé un report de ce vote de subvention pour un « approfondissement sur le fond », pour s’assurer du « respect des règles de la République » par cette dernière. Car c’est surtout ses positions sociétales qui posent problème et notamment son refus de signer la future Charte des principes pour l’islam de France. Mais ce qui a aussi alimenté les inquiétudes d’élus strasbourgeois, c’est l’actualité tendue en Turquie après l’annonce vendredi de son retrait de la Convention européenne d’Istanbul sur les violences faites aux femmes.

Une rupture des règles ?

Autre inquiétude soulevée par l’élu d’opposition Jean-Philippe Vetter, la crainte de créer un précédent. La procédure pour accorder une subvention pour la construction d’un lieu de culte, implique normalement que le projet de financement soit d’abord présenté et discuté avec la municipalité, avant d’entamer une concertation.  « Une fois que le plan de financement est clair pour tout le monde, il y a une demande de subvention et la construction est lancée, a rappelé l’élu. Ce qui n’est pas le cas. » Une subvention importante qui « demande des éclaircissements, a également souligné Alain Fontanel (LREM). Pour ne pas voter à l’aveugle et sans savoir quels autres acteurs vont contribuer à ce financement. Il faut de la transparence pour de la confiance, et cela aussi vis-à-vis des Strasbourgeois qui vont payer de leurs impôts ses 2,5 millions d’euros. »

Pourquoi la délibération est-elle modifiée ?

Au final, la maire Jeanne Barseghian, rappelant les propos de son premier adjoint Syamak Agha Babaei, a concédé que si elle peut entendre « des interrogations légitimes » , elles « ne peuvent être à géométrie variable. » « L’exigence demande que la transparence soit la même, quels que soient les lieux de cultes » a indiqué la maire avant de marteler « vouloir une égalité de traitement. C’est un impératif. »

Aussi le vote a été maintenu mais la délibération modifiée en une « autorisation de programme ». Quant au versement de la subvention, il sera soumis à un vote ultérieur, « après la validation et consolidation du plan du financement de crédit de paiement. » De quoi permettre une rencontre avec les porteurs de projets et « d’avoir plus de clarté, de transparence et des propositions consolidées », a assuré Jeanne Barseghian.

Résultat, deux groupes, les socialistes et LREM, n’ont pas pris part au vote. Les Républicains s’y sont opposés ainsi que trois élus de la majorité. La délibération a donc été adoptée avec 42 voix pour et 7 contre.FAITS DIVERSStrasbourg : Un homme interpellé pour un tag anti-musulmans sur le chantier d’une mosquée«Thé de la fraternité» dans les mosquées: «succès» pour le CFCM qui veut réitérer l’opération