EXPERT EN RADICALISATION et DERIVES
Articles les plus vus
Catégories
Partenaire
Visites

Guerre de Trente Ans

Une succession de conflits armés dont les causes sont religieuses et politiques.
 
Les théâtres d’opérations pendant la guerre de Trente Ans

La guerre de Trente Ans est une succession de conflits armés dont les causes sont religieuses et politiques. Elle se déroule en Europe centrale surtout, de 1618 à 1648. Les princes protestants allemands, puis les souverains européens, s’opposent aux princes allemands catholiques, en particulier l’empereur et le duc de Bavière. Les États allemands du Saint Empire romain germanique, les possessions des Habsbourg d’Autriche, la France, la Suède, le Danemark, les provinces Unies, l’Espagne participent aux opérations militaires. Les ravages sont particulièrement importants en Allemagne parcourue en tous sens par les armées de mercenaires de deux camps.

La guerre est close par les traités de Westphalie qui consacrent la division religieuse et politique de l’Allemagne et l’affaiblissement de la puissance impériale. La France, où la guerre a été l’occasion d’une augmentation importante de la fiscalité royale et du renforcement de l’absolutisme, commence à prendre la première place en Europe. La Suède s’implante sur les rives allemandes de la mer Baltique. L’Espagne accentue son déclin.

La guerre de Trente ans est un tournant décisif dans les relations entre états européens. Jusque-là, les considérations religieuses jouaient un grand rôle dans le déclenchement des guerres. Désormais ce sont des considérations de rivalités entre états qui sont déterminantes.

La guerre de Trente ans a mis le Saint Empire à feu et à sang. Opposant les Habsbourg d’Autriche et d’Espagne aux puissances européennes, Danemark, Suède, France, ce conflit majeur de l’Europe moderne a déchiré les états allemands impériaux entre eux.

Au début du XVIIe siècle l’Allemagne est divisée religieusement. Depuis la paix d’Augsbourg de 1555, les princes allemands choisissent leur religion (catholique, ou protestante soit la confession luthérienne ou la confession calviniste) et l’imposent à leurs sujets. Dans les principautés devenues protestantes, les princes s’emparent des biens de l’Eglise catholique. 

Les incidents entre catholiques et protestants sont fréquents. Aussi, les princes protestants forment en 1609 l’Union évangélique qui est dirigée par l’électeur palatin Frédéric V du Palatinate, un calviniste fervent. En 1609, les princes catholiques répliquent en fondant la Sainte Ligue catholique dirigée par le duc Maximilien Ier de Bavière.

Ferdinand II de Habsbourg, roi de Bohême et empereur du Saint-Empire
 
 
La défenestration de Prague (gravure contemporaine de l’événement)

Le royaume de Bohême est une possession familiale des Habsbourg d’Autriche. Le trône de Bohême bien qu’électif revient quasiment toujours à un Habsbourg. Le roi de Bohême est un des sept Electeurs qui élisent l’empereur du Saint-Empire. En Bohême, patrie du réformateur religieux Jan Huss au XVe siècle, catholiques et protestants (de tendance calviniste) cohabitent difficilement.

En 1609, l’empereur Rodolphe II de Habsbourg, roi de Bohême, catholique, accorde la Lettre de majesté qui garantit les libertés religieuses de la Bohême. Les protestants de Bohême peuvent désormais exercer leur culte.

En 1617, Matthias de Habsbourg, empereur depuis 1612, sans descendance, transmet le royaume de Bohême à son cousin Ferdinand de Styrie, c’est la première étape pour que celui-ci accède au trône impérial. Ferdinand, élevé par les jésuites est un catholique fervent et intransigeant. Il cherche à imposer le catholicisme dans son royaume de Bohême.

Les incidents entre catholiques et protestants se multipliant, Ferdinand convoque une réunion à Prague (capitale de la Bohême). Les protestants de Bohême répliquent en organisant le 23 mai 1618, la défenestration de Prague où les représentants de Ferdinand, sont expulsés violemment.

Chronologie

1618, 23 mai
Défenestration de Prague.

1619, 26 août
Élection de Frédéric V du Palatinat roi de Bohême.

28 août
Élection de Ferdinand II empereur.

1620, 8 novembre
Victoire catholique à la Montagne Blanche.

1621, 22 janvier
Frédéric V mis au ban de l’Empire.

1625, 25 juillet
Wallenstein prend la tête des armées impériales.

1625-1629
Christian IV de Danemark intervient aux côtés des armées protestantes.

1629, 6 mars
Édit de Restitution de Ferdinand favorable aux catholiques.

1630, 6 juillet
Débarquement de Gustave II Adolphe de Suède en Allemagne.

1631, 23 janvier
Traité de subsides de Bärwalde entre la France et la Suède.

17 septembre
Victoire suédoise à Breitenfeld.

1632, 16 novembre
Mort de Gustave II Adolphe à Lützen.

1635, 19 mai
La France entre en guerre.

30 mai
Paix séparée entre Jean-Georges de Saxe et l’empereur.

1637, 23 février
Élection de Ferdinand III.

1643
Début des négociations de paix.

1648, 30 janvier
Paix de Münster entre les Provinces-Unies et l’Espagne.

24 octobre
Paix de Westphalie avec les deux traités de Münster et d’Osnabrück.