EXPERT EN RADICALISATION et DERIVES
Articles les plus vus
Catégories
Partenaire
Visites

Massacre de la Saint-Barthélemy

Massacre protestants déclenché à Paris, le 24 août 1572,

Description de cette image, également commentée ci-après
Le Massacre de la Saint-Barthélemy de François Dubois, musée cantonal des Beaux Arts de Lausanne. 
 
Date 24 août 1572
Lieu Paris  et province.
Résultat Entre 10 000 et 30 000 assassinats dans la France entière, selon les sources.

Cet événement des guerres de Religion résulte d’un enchevêtrement complexe de facteurs, aussi bien religieux et politiques que sociaux. Il est la conséquence des déchirements de la noblesse française entre catholiques et protestants, notamment de la vendetta entre la maison de Guise et le clan des ChâtillonMontmorency. Il intervient deux ans après la paix de Saint-Germain, alors que l’amiral de Coligny, chef du parti protestant, a réintégré le conseil royal. Aggravé par la sévère réaction parisienne, catholique et hostile à la politique royale d’apaisement, il reflète également les tensions internationales entre les royaumes de France et d’Espagne, avivées par l’insurrection anti-espagnoleaux Pays-Bas.

Faute de sources, les historiens sont longtemps restés partagés sur le rôle exact de la couronne, et la tradition historiographique a fait du roi Charles IX et de sa mère, Catherine de Médicis, les principaux responsables du massacre. Ils retiennent aujourd’hui que seuls les chefs militaires du parti protestant étaient visés par l’ordre royal. Dès le matin du 24 août, Charles IX ordonne l’arrêt immédiat des tueries mais, dépassé par la fureur du peuple, il ne peut les empêcher.Le massacre de la Saint-Barthélemy, le , est la conséquence d’une série d’événements :

Henri III de Navarre et Marguerite de Valois, roi et reine de Navarre (vers 1572).
Miniature du livre d’heures de Catherine de Médicis.

La paix de Saint-Germain-en-Laye met fin à trois années de terribles guerres civiles entre catholiques et protestants. Cette paix est précaire car les catholiques les plus intransigeants ne l’acceptent pas. Le retour des protestants à la cour de France les choque, mais la reine-mère Catherine de Médicis et son fils le roi Charles IX sont décidés à ne pas laisser la guerre reprendre. Conscients des difficultés financières du royaume, ils défendent la paix et laissent Gaspard de Coligny, le chef des protestants, revenir dans le conseil royal.

Pour concrétiser la paix entre les deux partis religieux, Catherine de Médicisprojette de marier sa fille Marguerite de Valois avec le prince protestant Henri de Navarre, futur Henri IV. Le mariage princier initialement prévu pour le mois de , est repoussé au , suite au décès de Jeanne d’Albret, mère d’Henri de Navarre. Il n’est accepté ni par les catholiques intransigeants, ni par le pape qui demande la conversion du fiancé, refusant ainsi d’envoyer la dispense de consanguinité1. Celui-ci et le roi d’Espagne, Philippe II, condamnent vigoureusement le projet politique de la reine-mère, Catherine de Médicis.

Le château de Madrid, lieu de résidence de la cour pendant l’été 1572.

Le mariage est célébré le , à l’occasion de festivités grandioses auxquelles sont conviés tous les grands du royaume, y compris les protestants, dans un esprit de concorde et de réconciliation.

Le mariage réunit à Paris la présence d’un très grand nombre de gentilshommes protestants venus escorter leur prince. Or, Paris s’avère être une ville farouchement anti-huguenote, et les Parisiens, catholiques à l’extrême, n’acceptent pas leur présence. Du fait du martèlement des prédicateurs, capucins et dominicains au premier chef, le mariage d’une fille de France avec un protestant, fût-il prince du sang, leur fait horreur. Le peuple parisien est très mécontent : les récoltes ont été mauvaises ; la hausse des prix et le luxe déployé à l’occasion des noces royales accentuent leur colère2.

La cour se trouve elle-même dans un état de tension extrême. Catherine de Médicis n’a pas obtenu l’accord du pape Grégoire XIII pour célébrer ce mariage exceptionnel. Par conséquent, les prélats français hésitent sur l’attitude à adopter. Il faut toute l’habileté de la reine-mère pour convaincre Charles Ier de Bourbon, archevêque de Rouen, d’unir les époux. Par ailleurs, les rivalités entre les grandes familles réapparaissent. Les Guise ne sont pas prêts à laisser la place aux Montmorency. François, duc de Montmorency et gouverneur de Paris, ne parvient pas à contrôler les troubles urbains. Cédant face au danger parisien, il préfère quitter la ville quelques jours après le mariage.

 

 
Détail d’une gravure allemande représentant l’attentat perpétré contre Coligny. Celui-ci y figure à cheval, en train de lire une missive.

Le , un attentat à l’arquebuse, attribué à un certain Maurevert, est perpétré contre Gaspard de Coligny à sa sortie du Louvre, alors qu’il se dirige vers son hôtel, rue Béthizy.

L’Amiral s’en tire avec l’index de la main droite arraché et le bras gauche labouré par une balle qui y reste fichée. Les soupçons s’orientent très vite vers des proches des Guise et on désigne (probablement à tort) la complicité de la reine-mère, Catherine de Médicis. Pourquoi cet attentat ? Peut-être pour saboter le processus de paix. Mais les plus exaltés y voient une punition divine. Si aujourd’hui, il est impossible de connaître l’instigateur de cet attentat, l’historiographie a retenu trois noms :

1) Les Guise sont les suspects les plus probables : meneurs du parti catholique, le motif est de venger la mort du duc François de Guise, assassiné dix ans auparavant, sur l’ordre — selon eux — de Coligny. Le coup de feu sur l’amiral de Coligny est tiré depuis une maison appartenant à un de leurs familiers. Charles de Guise, cardinal de Lorraine, le duc d’Aumale et la duchesse douairière de Guise Antoinette de Bourbon sont les membres de la famille les plus déterminés.
Néanmoins, certains historiens pensent que les Guise étaient beaucoup trop soucieux de revenir en grâce auprès du roi pour commettre l’imprudence de l’irriter contre eux.

2) Ferdinand Alvare de Tolède, duc d’Albe, gouverneur des Pays-Bas au nom du roi d’Espagne Philippe II : Coligny projette d’intervenir militairement aux Pays-Bas pour les libérer du joug espagnol, suivant l’alliance qu’il avait contractée avec la maison de Nassau. Au mois de juin, il a envoyé clandestinement plusieurs troupes au secours des protestants de Mons, assiégés par le duc d’Albe. À la suite du mariage d’Henri de Navarre et de Marguerite de Valois, Coligny espère profiter de la réconciliation pour déclencher la guerre contre l’Espagne afin de renforcer l’union entre catholiques et protestants français. Aux yeux des Espagnols, l’amiral représente donc une menace.
Toutefois, la correspondance de don Diégue de Zuniga, ambassadeur espagnol en France, du duc d’Albe ou de Philippe IIne permet pas de prouver l’implication de la couronne espagnole dans l’attentat contre le chef huguenot. Au contraire, Don Diégue juge dans ses dépêches que la présence de l’amiral aux côtés de Charles IX constitue plutôt un frein à la guerre ouverte aux Pays-Bas : selon l’ambassadeur, la couronne française ne « jetterait pas le masque » et continuerait à pratiquer une guerre « couverte » contre l’Espagne afin de ne pas renforcer inconsidérément l’influence de Coligny en le plaçant officiellement à la tête de troupes royales3.

3) Catherine de Médicis : selon la tradition, Coligny aurait acquis trop d’influence sur le jeune roi. Charles IX en aurait fait son favori en l’appelant familièrement « mon père ». Inévitablement, la reine mère en aurait conçu de la « jalousie » ainsi qu’une vive crainte de voir son fils entraîner le royaume dans une guerre aux Pays-Bas contre la puissance espagnole, conformément aux conseils politiques de l’amiral.
Cependant, la plupart des historiens contemporains trouvent difficile de croire en la culpabilité de Catherine de Médicis au vu de ses efforts accomplis pour la paix intérieure et la tranquillité de l’État. Par ailleurs, il n’est pas prouvé que Coligny exerça une influence décisive sur Charles IX.

Enfin, il reste l’hypothèse d’un acte isolé, commandité – voire commis en personne – par un personnage relativement peu important, proche du milieu guisard et pro-espagnol. Le nom de Charles de Louviers, seigneur de Maurevert, est le plus fréquemment avancé à l’époque pour désigner l’auteur de l’arquebusade visant l’amiral.