EXPERT EN RADICALISATION et DERIVES
Articles les plus vus
Catégories
Partenaire
Visites

L’imam de Pantin continuait à prêcher…

Samuel Paty : l’imam de Pantin continuait à prêcher à Bobigny

Les autorités ont fermé à l’automne la mosquée, qui avait relayé les messages de haine visant le professeur d’histoire avant son assassinat.

Inscrit au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT), l’imam de la mosquée de Pantin, fermée après la diffusion d’un message de haine visant Samuel Paty avant son assassinat, continuait son prosélytisme radical. Selon nos informations, le religieux, congédié après la décapitation du professeur d’histoire à la sortie de son collège de Conflans-Sainte-Honorine, a continué à faire des prêches dans la mosquée dite des « Algeco » de Bobigny. Cette dernière a donc été frappée à son tour par une mesure de fermeture administrative.

 

Une source policière précise au Figaro que l’imam indésirable avait en outre scolarisé ses enfants au sein d’une école coranique clandestine installée à Bobigny, laquelle a aussi été ciblée par une interdiction. Le 8 octobre dernier, les services de l’État de Seine-Saint-Denis avaient ordonné la fermeture de cet établissement. Cette affaire démontre « la nécessite de ces contrôles et de la politique gouvernementale de lutte contre le séparatisme islamiste », souligne Beauvau. L’école clandestine regroupait 80 enfants. Certaines filles, âgées de 3 ou 4 ans, y étaient contraintes de porter le voile.

À voir aussi – Mosquées séparatistes: enfin la fermeté?

 
Mosquées séparatistes: enfin la fermeté?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.