EXPERT EN RADICALISATION et DERIVES
Articles les plus vus
Catégories
Partenaire
Visites

La Jordanie dissout les Frères Musulmans

L’organisation islamiste opérait dans le royaume depuis 75 ans

La Jordanie démantèle les Frères musulmans  Sami Moubayed

La décision du 16 juillet de la plus haute juridiction jordanienne de dissoudre officiellement les Frères musulmans a été un coup dur pour l’organisation islamiste, qui opérait légalement dans le royaume depuis 75 ans. La décision d’Amman de mettre fin à son attitude accommodante historique envers le groupe pourrait déclencher une vague de violence en Jordanie, l’un des rares États de la région à ne pas être en proie à des troubles et à la guerre. Une telle réaction pourrait amplifier la fragilité de sa position déjà précaire en tant qu’État faible pris entre plusieurs zones de conflit différentes.

La Fraternité est basée dans la capitale qatarie de Doha, mais elle a prospéré en Jordanie. Le mouvement est représenté dans toute la société et même au sein de la fonction publique, quoique officieusement. La volte-face d’Amman suggère que la royauté est convaincue qu’elle ne fera pas face à une réaction négative, et actuellement le groupe est en train d’absorber le coup et de contester la décision du tribunal. Mais cette aménité apparente pourrait changer si le gouvernement refuse de bouger.

La décision de la Jordanie de démanteler la Fraternité intervient à un moment particulièrement difficile pour le roi Abdallah II, âgé de 58 ans, alors que les craintes grandissent d’une éventuelle annexion israélienne d’environ 30% de la Cisjordanie(y compris la vallée du Jourdain), prévue pour le 1er juillet. Si cette annexion se produit d’ici à l’élection présidentielle américaine de novembre, elle pourrait déclencher des violences au sein de la population palestinienne de Jordanie, qui compte 2,1 millions de membres sur les 9,9 millions d’habitants du royaume, et dont beaucoup souffrent économiquement et s’identifient au Hamas, le Branche de la Fraternité basée à Gaza. Le groupe est populaire au niveau local et est capable de déclencher des troubles publics dans le royaume s’il sent que ses membres sont acculés dans une position impossible, si l’interdiction est définitive.

L’annexion de la Cisjordanie pourrait également déclencher une nouvelle vague de réfugiés palestiniens en Jordanie, mettant à rude épreuve les ressources déjà maigres du pays. La dernière chose dont la Jordanie a besoin, ce sont les troubles intérieurs ou l’apparition d’armes dans les camps palestiniens.

Liens historiques

Avant la décision du tribunal, les Frères musulmans envisageaient Amman comme une base d’opérations alternative pour leurs activités futures au cas où les tensions croissantes entre le Qatar et l’Arabie saoudite conduiraient à l’expulsion du groupe. Les deux États du Golfe sont à couteaux tirés depuis le début de l’été 2017, lorsque Riyad a mené un boycott arabe de son petit voisin, exigeant, entre autres, que Doha rompe les liens avec les Frères musulmans.

Dans ce contexte, le groupe a tenu sa troisième conférence annuelle sur la mer Morte en décembre 2019, sous le haut patronage de l’ancien Premier ministre jordanien Abdelraouf Rawabdeh. Ses membres se sont relayés sur le podium, faisant l’éloge du roi Abdallah, dans l’espoir de marquer des points avec l’administration jordanienne. Ils s’attendaient à un rapprochement après une dégradation des relations ces dernières années, et non à un verdict de justice interdisant leur activité.

La relation de la Fraternité avec la monarchie jordanienne remonte au fondateur du royaume, le roi Abdallah I, arrière-grand-père du monarque actuel. Lui-même musulman pieux, Abdullah Ier a assisté à l’inauguration du groupe en 1945 à Amman. Impressionné par leurs objectifs d’unité islamique, il aurait dit: «Si ce sont vos objectifs, comptez-moi comme membre. La Fraternité s’est tenue aux côtés de son petit-fils, le roi Hussein, lorsque les généraux de l’armée ont tenté d’organiser un coup d’État contre lui en 1957, puis à nouveau lors de sa confrontation en 1970 avec le dirigeant palestinien Yasser Arafat (Septembre Noir).

Lorsque des membres des Frères syriens et égyptiens ont fui leur pays dans les années 60 et 80, beaucoup ont obtenu l’asile à Amman. Des membres jordaniens du groupe ont pris part aux élections législatives et ont même obtenu la présidence de la Chambre dans les années 1990. En 1992, ils ont fondé un parti politique appelé Jabhat al-Amal al-Islami, ou Front d’action islamique.

Les relations ont commencé à se détériorer avec le déclenchement du printemps arabe en 2011. Les membres jordaniens des Frères musulmans ont sans aucun doute été inspirés par la victoire de leurs camarades en Égypte et les succès de leurs alliés en Libye et en Tunisie. En janvier 2013, leur chef, Hammam Said, a décrit la Jordanie comme un «État dans le califat musulman». Ce califat n’a cependant pu être établi avant le renversement des régimes du Caire et de Damas – qui est également un objectif des groupes djihadistes.

Cela a soulevé la colère d’Abdullah, qui, trois mois plus tard, a décrit les Frères musulmans comme des «loups déguisés en moutons» dans une interview à The Atlantic. En novembre 2014, les services de renseignement jordaniens ont démantelé une cellulesecrète de la Fraternité qui faisait passer des armes à leurs camarades en Cisjordanie. La Direction générale des renseignements du royaume estime que la Fraternité veut créer une branche militaire pour leurs activités dans le pays. Deux mois plus tard, le roi a rencontré une délégation du groupe, leur ordonnant de se distancier des Frères musulmans égyptiens.

Abdullah n’a eu d’autre choix que de prendre une position difficile. Sa demande correspond aux positions de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis, qui considèrent les Frères musulmans, la Turquie, le Qatar et l’Iran comme des menaces existentiellesà la paix et à la sécurité dans le monde arabe. La Jordanie, qui est fermement alliée à Riyad et à Abu Dhabi et qui s’est historiquement appuyée sur eux pour régler ses factures, ne pouvait tout simplement pas se permettre de continuer à tolérer les activités de la Fraternité en Jordanie, peu importe ce qu’elle ressent réellement à propos du groupe. Beaucoup pensaient qu’Abdullah avait exigé que les Frères musulmans jordaniens se séparent de la branche égyptienne en raison du danger que le groupe représentait, non pas pour la Jordanie mais plutôt pour l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

Après l’ordre d’Abdullah, le groupe s’est scindé en deux : la Société des Frères musulmans a promis une allégeance totale à la Jordanie, tandis que les Frères musulmans d’origine sont restés affiliés à la branche égyptienne du groupe et ont ensuite été interdits, et ses membres ont été emprisonnés.

Le prétexte juridique pour dissoudre les Frères musulmans en Jordanie était qu’ils n’avaient pas «rectifié leur statut juridique en vertu de la loi jordanienne». Le porte-parole du groupe, Moaz al-Khawaldeh, a déclaré que la Fraternité prévoyait de faire appel de la décision du tribunal, affirmant qu’elle «ne s’effondrerait pas à cause d’une décision administrative». Il a ensuite ajouté: «Nous ne sommes pas des hors-la-loi.» La décision de maintenir l’affaire devant les tribunaux et de ne pas descendre dans les rues de Jordanie laisse une fenêtre ouverte à un éventuel rapprochement.

Luttes régionales pour la fraternité

Les Frères musulmans ont observé les événements se dérouler dans la région avec une grande inquiétude. Après beaucoup de jubilation lors des premières victoires islamistes en 2011 et 2012, les choses ont commencé à tourner court, avec l’éviction du président égyptien Mohammad Morsi, suivie par le renversement du président soudanais Omar el-Béchir en 2019. Béchir avait utilisé la branche locale de la Fraternité pour arriver au pouvoir en 1989 et tout au long des années 1990, il avait offert refuge à diverses personnalités islamistes, notamment Oussama Ben Laden.

Avec Morsi et Bashir hors du pouvoir, les seuls patrons restants du groupe étaient l’émir qatari Tamim bin Hamad Al Thani et le président turc Recep Tayyip Erdogan. Partout ailleurs, ils étaient considérés comme des hors-la-loi, de la Syrie et de l’Égypte à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis. Le Parti de la justice et du développement au pouvoir d’Erdogan est enraciné dans l’idéologie de la Fraternité, et il n’a pas caché son admiration pour la Fraternité, soutenant son régime au Caire et faisant un effort important pour aider à amener le groupe au pouvoir en Syrie.

En Syrie, la Fraternité est fortement représentée dans la ville d’Idlib, au nord-ouest, et est affiliée à au moins l’un des puissants groupes de combat, la Légion Sham. Le groupe avait aidé la Turquie à occuper Jarablus et ses environs en 2016, puis avait marché sur Afrin en 2018 avant d’être expédié sur le champ de bataille libyen fin 2019. Malgré ce lien, Erdogan a dû abandonner la Fraternité, au moment du processus de paix syrien qui avait commencé à Genève. en novembre 2019, en ne faisant participer aucun de ses membres au comité constitutionnel, apparemment à la demande du président russe Vladimir Poutine.

En novembre 2019, le Wall Street Journal a rapporté que le Qatar proposait de se désengager de la Fraternitéaprès que le ministre des Affaires étrangères, Cheikh Mohammad Bin Abdulrahman al-Thani, a effectué une visite secrète à Riyad. L’inimitié du Qatar envers l’Arabie saoudite travaille pour la Fraternité, qui s’est appuyée sur Doha pour y trouver un sanctuaire et une couverture politique et a souvent utilisé les studios d’Al-Jazeera TV pour diffuser sa propagande auprès du public arabe. La Fraternité n’est que l’une des nombreuses questions actuellement sur la liste des désaccords entre l’Arabie saoudite et le Qatar, et freiner ses activités ne rétablira pas des relations bilatérales normales entre les deux pays. Les relations de Doha avec l’Iranrestent une source de profonde préoccupation pour Riyad.

À ce jour, toutes les tentatives pour forcer le Qatar à se mettre à genoux devant les diktats saoudiens ont échoué, mais la possibilité d’un rapprochement dans un futur éventuel demeure. Si cela se produit, les Frères musulmans voudront éviter un soudain retournement de fortune comme ce qui s’est passé en Égypte et au Soudan. Tant qu’Erdogan restera au pouvoir, la Turquie restera accueillante, mais cela ne suffit pas pour le groupe islamiste, qui insiste depuis les années 1940 pour maintenir une présence active dans tout le monde arabe.

Par conséquent, la Fraternité n’abandonnera pas la Jordanie. On peut s’attendre à ce qu’elle utilise son capital social dans le royaume pour tenter de négocier avec la monarchie. Retrouver une forme de statut juridique est une question compliquée, étant donné les divisions internes au sein du mouvement islamiste. L’état de flux incessant de la géopolitique régionale, qui ne fait qu’ajouter à la tension croissante que subissent les Hachémites d’Amman, complique encore davantage cette question.

Sami Moubayed est un analyste et historien syrien. Moubayed est l’auteur de «Sous le drapeau noir: aux frontières du nouveau djihad» (IB Tauris, 2015). Suivez-le sur Twitter à @smoubayed