EXPERT EN RADICALISATION et DERIVES
Articles les plus vus
Catégories
Partenaire
Visites

Le pape François en visite au Maroc

Le pape François est devenu, le 3 février 20189, le premier chef de l’Église catholique à fouler le sol de la péninsule arabique, berceau de l’islam.

Au début du mois de février 2019, le pape François était en visite exceptionnelle aux Emirats arabes unis. Il devenait ainsi le premier chef de l’Eglise catholique à se rendre sur le sol de la péninsule Arabique, berceau de l’Islam. Il y a quelques jours, c’est au Maroc qu’il faisait son arrivée. Une manière de promouvoir le dialogue avec les musulmans du monde entier.

Le pape affirme qu’il suit la crise humanitaire au Yémen. Avant de se rendre aux Émirats, le pape a pressé les parties impliquées dans le conflit au Yémen, pays pauvre de la péninsule arabique, de « favoriser de manière urgente le respect des accords » pour une trêve à Hodeida, essentielle à l’acheminement de l’aide internationale. « Je suis avec grande préoccupation la crise humanitaire au Yémen. La population est épuisée par le long conflit et de très nombreux enfants souffrent de la faim. Le cri de ces enfants et de leurs parents monte devant Dieu », a-t-il lancé.

Le pape argentin a également posté un message sur Twitter, affirmant se rendre aux Émirats « comme un frère pour écrire ensemble une page de dialogue et parcourir ensemble les chemins de paix. Priez pour moi ! ». Sa visite doit être dominée par le dialogue entre les religions et une rencontre interreligieuse internationale est prévue lundi.

Des milliers de fidèles sous la pluie pour le voir. Dans l’avion l’amenant aux Émirats, le pape a dit avoir appris qu’il pleuvait à Abou Dhabi. « Dans ces pays, ceci est perçu comme un signe de bénédiction », a-t-il souligné. Dimanche, des fidèles se sont pressés sous une pluie inhabituelle aux abords de la cathédrale Saint-Joseph d’Abou Dhabi, décorée aux couleurs du Vatican et des Emirats, pour obtenir les derniers billets de la messe papale de mardi, présentée comme le plus grand rassemblement dans le pays, avec plus de 130.000 fidèles. Environ un million de catholiques -des travailleurs asiatiques pour la plupart- vivent aux Emirats, pays dont la population est composée à plus de 85% d’expatriés et où ils peuvent pratiquer leur religion dans huit églises.

Droits humains. Les Emirats ont toujours cherché à projeter l’image d’un pays ouvert et tolérant, même si ce pays pratique une politique de « tolérance zéro » à l’égard de toute dissidence et notamment celle des adeptes de l’islam politique incarné par les Frères musulmans. Après Amnesty International, Human Rights Watch (HRW) a appelé le pape François à soulever lors de sa visite la question des violations des droits humains au Yémen, où les forces émiraties interviennent militairement aux côtés de l’Arabie saoudite, et celle de la répression des opposants aux Emirats.
27ème voyage du pape à l’étranger. Depuis le début de son pontificat, le pape s’est rendu à plusieurs reprises dans des pays dont la population est majoritairement musulmane, comme l’Egypte, l’Azerbaïdjan, le Bangladesh et la Turquie. En mars, il est attendu au Maroc. Il s’agit au total du 27ème voyage de ce pape à l’étranger.

Le pape François sera le deuxième pape à se rendre au Maroc après le voyage de Jean Paul II en août 1985.

Le pape François se rendra en visite à Rabat et à Casablanca, au Maroc, les 30 et 31 mars 2019, près de 34 ans après la visite de Jean Paul II dans le royaume, en août 1985, a annoncé mardi le Vatican. « À l’invitation de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et des évêques, Sa Sainteté le pape François se rendra au Maroc, pour un voyage apostolique, du 30 au 31 mars 2019. Il visitera les villes de Rabat et de Casablanca », a annoncé le Saint-Siège dans un communiqué.

Le Panama et le Japon déjà programmés en 2019. Âgé de 81 ans, le pape a déjà prévu de se rendre au Panama en janvier pour les Journées mondiales de la jeunesse et a annoncé en septembre son intention de se rendre au Japon dans le courant de l’année prochaine.

Après sa visite au Maroc, le pape loue la différence : « Dieu a permis cela »

« Nous ne devons pas craindre la différence : Dieu a permis cela. Nous devons plutôt avoir peur si nous ne faisons pas ce travail de fraternité. » Tels sont les propos tenus par le pape François lors d’une audience générale tenue sur la place Saint-Pierre, au Vatican, mercredi 3 avril, quelques jours après sa visite au Maroc.

Dressant un bilan très positif de ce voyage historique et de sa rencontre avec le roi Mohammed VI, le pape a ouvert la session en expliquant la raison pour laquelle il voyage en terre d’islam. « Avec les musulmans, nous sommes descendants du même père Abraham », a-t-il indiqué.

Dès sa première journée de visite à Rabat, le pape avait réitéré l’importance du dialogue interreligieux. « Ici sur cette terre, pont naturel entre l’Afrique et l’Europe, je souhaite redire la nécessité d’unir nos efforts, pour donner une nouvelle impulsion à la construction d’un monde plus solidaire, plus engagé dans l’effort honnête, courageux et indispensable d’un dialogue respectueux des richesses et des spécificités de chaque peuple et de chaque personne », avait-il affirmé devant les représentants de toutes les religions et cultures présentes au Maroc.

Il s’est également montré reconnaissant lorsque le roi l’a convié à un concert de l’Orchestre philharmonique du Maroc où Allah Akbar, Adonaï et Ave Maria ont été repris en cœur. Il a également signé avec le roi Mohammed VI, qu’il a décrit comme un être « fraternel, amical et proche », un appel pour Jérusalem/Al Qods « pour les fidèles des trois religions monothéistes ».