EXPERT EN RADICALISATION et DERIVES
Articles les plus vus
Catégories
Partenaire
Visites

Clémence Botino (Miss France 2020) victime de racisme.

Des internautes n’acceptent pas la victoire de la reine de beauté guadeloupéenne.
Quelques heures seulement après son élection en tant que Miss France 2020, Clémence Botino a été la cible d’insultes racistes sur les réseaux sociaux. Pour Corinne Coman, Miss Guadeloupe 2002 et Miss France 2003, ces attaques ne sont pas une surprise. 
Samedi 14 décembre, le public a placé Clémence Botino en tête avec 31,95% des voix. Depuis, la Miss France 2020 subit des critiques. Certains internautes n’acceptent pas la victoire de la reine de beauté guadeloupéenne. 

D’autres tiennent des propos racistes et comparent Miss France 2020 à un singe. Des propos passibles d’une peine pouvant aller jusqu’à un an de prison et 45 000 euros d’amende.

Ce racisme, affiché sur les réseaux sociaux, n’est pas nouveau. Quelques heures après son élection en décembre 2016, la Guyanaise Alicia Aylies essuyait, elle aussi, des tweets haineux. Corinne Coman, Miss Guadeloupe 2002 et Miss France 2003 explique qu’à son époque, elle aussi, subissait du racisme. « C’est d’une violence inouie, c’est indéniable, explique l’ancienne Miss France. Après, ce n’est pas un phénomène nouveau parce que ça ne touche pas que les Miss mais également les artistes, les politiques. »

Clémence Botino n’est pourtant pas la première Miss France noire. Elle est la troisième Guadeloupéenne à recevoir la couronne nationale après Véronique de la Cruz en 1993 et Corinne Coman en 2003. On se souvient également de Sonia Rolland, d’origine rwandaise, élue Miss France 2000, ou plus récemment Alicia Aylies, Miss France 2017, d’origine guyanaise et martiniquaise.

En attendant, Vaimalama Chaves, Miss France 2019, a apporté tout son soutien à la nouvelle Miss. La Polynésienne évoque « la pluralité des ethnies en France » et appelle « au respect ». 

Le rêve serait qu’il y ait plus d’humanité en 2020. Dans un monde où chacun tend à s’enfermer dans sa souffrance, notre France a de l’espérance à revendre. Ou plutôt à partager.  

Bonne année 2020 !