EXPERT EN RADICALISATION et DERIVES
Articles les plus vus
Catégories
Partenaire
Visites

Daesh exploite la crise globale du Covid-19

Elle intensifie ses efforts pour retrouver ses anciens points d’ancrage en Syrie et en Irak

Alors que les islamistes échafaudent et répandent des complots, l’Etat islamique cherche à exploiter la crise du coronavirus.

Dans la newsletter de l’État islamique (Daesh) de la semaine dernière, le groupe a qualifié la pandémie de COVID-19 d’intervention divine destinée à infliger des “tourments douloureux” contre des “nations croisées“, rapporte la chaîne allemande Deutsche Welle (DW ) .

Les djihadistes utilisent souvent le terme de «nations croisées» lorsqu’ils parlent de l’Occident et d’Israël (plus exactement : les Juifs et les Croisés). L’EI a exprimé sa joie de voir l’Occident “au bord d’une grande catas-trophe économique” en raison des perturbations majeures imposées par les restrictions des gouvernements à la vie économique et sociale.

Alors que la communauté internationale s’efforce de contenir la pandémie, l’État islamique cherche à exploiter la crise des corona-virus. Les experts craignent de plus en plus que la coalition dirigée par les États-Unis pour vaincre l’ Etat islamique en Irak détourne son attention de la lutte contre le terrorisme alors que les États membres restent distraits par COVID-19. [NDLR : La France, par exemple, a rapatrié ses troupes par principe de précaution].

L’EI peut viser à tirer parti de la capacité de plus en plus faible de l’État irakien et de la paralysie politique. Le COVID-19 a également pris racine dans le pays. L’Irak, qui dépend principalement de la production de pétrole pour ses revenus, fait face simultanément à une crise financière émergente – une situation chaotique aggravée par des prix du pétrole extrêmement bas.

Avec moins d’attention internationale consacrée à l’anéantissement de Daech, l’organisation pourrait intensifier ses efforts pour retrouver certains de ses anciens points d’ancrage en Syrie et en Irak.

Bien que l’Etat islamique souhaite que le virus se propage, une épidémie majeure de COVID-19 au Moyen-Orient constituerait également une menace majeure pour le groupe terroriste. Sur la base des récentes directives de l’Etat islamique, le groupe terroriste est conscient que ses membres ne sont pas à l’abri du virus.

La semaine dernière, le groupe État islamique averti ses agents d’éviter l’Europe, afin de minimiser les chances de contracter COVID-19. Le groupe propose même des «conseils de la charia sur la gestion des épidémies».

Comme toute autre organisation, le groupe terroriste est préoccupé par la santé de ses combattants. Pourtant, à son apogée, l’Etat islamique orchestrait des attentats-suicides et des opérations qui mènaient ses combattants à une mort presque certaine. Aujourd’hui, le groupe cherche à reprendre le contrôle territorial et à conserver sa main d’œuvre en réduisant les opérations à haut risque. L’EI évite peut-être l’Europe pour l’instant, mais le groupe reste déterminé à attaquer l’Occident.

Au-delà de l’État islamique, d’autres islamistes ont également cherché à faire une arme de la pandémie de coronavirus en la qualifiant d’acte de Dieu ou de complot américano-sioniste. Lorsque des informations sur l’épidémie sont apparues, les islamistes du monde musulman ont qualifié le virus d’arme frappant les infidèles comme un «soldat de Dieu».

Vendredi dernier, dans un sermon, un imam basé à Gaza, Jamil Al-Mutawa, a prêché que Dieu a lancé COVID-19 pour tuer des infidèles et des Israéliens, affirmant que les musulmans étaient les moins touchés par le virus.

“Regardez comment quiconque planifie des atteintes contre la mosquée Al-Aqsa est brisé en miettes par les soldats d’Allah”, a affirmé al-Mutawa, ajoutant “regardez à quel point les villes [israéliennes] sont vides. Regardez à quel point leurs rues sont vides et regardez comment cette mosquée était bondée. Qui est-ce qui nous a donné la sécurité et les a terrifiés? Qui est-ce qui nous a protégés et leur a fait du mal? C’est Allah! “

L’imam a noté qu ‘”il n’y a pas un seul cas (de COVID-19) à Gaza”. Le lendemain, des responsables palestiniens de la santé ont confirmé deux cas de virus dans la bande de Gaza. De hauts responsables ont aussitôt été confinés.

D’autres personnalités radicales exploitent le coronavirus à des fins politiques et de propagande. De hauts dirigeants iraniens, dont le chef de la République islamique, l’ayatollah Khamenei, ont affirmé que les États-Unis avaient développé le coronavirus pour porter atteinte à leurs adversaires. Le chef du groupe militant houthi soutenu par l’Iran a récemment publié une déclaration similaire.

Dimanche, le chef suprême de l’Iran a refusé l’aide américaine pour lutter contre la propagation mortelle du virus, suggérant que “peut-être votre médicament (américain) est un moyen de propager davantage le virus“. COVID-19 a sévèrement sévi en Iran, avec près de 2 000 décès officiels enregistrés dus au virus. Le chiffre réel serait plus près de 9.000 morts.

Répondant aux efforts tardifs de l’Iran pour contenir le COVID-19, un imam a dénoncé les responsables de la santé mondiale comme des “infidèles et des juifs” et a demandé “qui se soucie de la santé du monde!”

Les médias islamistes d’Al-Masdar en Algérie à Al Manar, la TV du Hezbollah blâment également les États-Unis et Israël pour la propagation du virus.

Pour les islamistes radicaux de toute race, Dieu a développé Covid-19 pour éliminer les infidèles, ou les États-Unis et Israël ont créé le virus pour cibler les musulmans. Indépendamment du récit, les djihadistes comme l’État islamique tenteront d’utiliser la pandémie à leur avantage alors que les priorités mondiales s’éloignent de la lutte contre le terrorisme.