EXPERT EN RADICALISATION et DERIVES
Articles les plus vus
Catégories
Partenaire
Visites

Maison d’Accueil Spécialisée La Boréale Chambéry

Nous nous sentons humiliés d’être oubliés, bafoués, pire que ça, exclus des si nobles objectifs des « accords du Ségur de la Santé  » 

Je vous envoie les différents courriers que nous avons écrits  à Mr Véran, Mme Cluzel, ARS, députés, sénateurs, conseillers départementaux , municipaux, mairie etc.   Encore merci pour votre soutien, c’est très important pour nous de continuer à garantir la qualité de notre accompagnement au jour le jour de tous les résidents.   Bien cordialement,  Sylvie Laurence éducatrice à la MAS la Boréale à Chambéry. 

1er Courrier MAISON D’ACCUEIL SPECIALISEE La Boréale 83 Avenue de Bassens – B.P. 653 73006 CHAMBERY CEDEX   04.79.60.30.81 Plan Ségur, fossoyeur du secteur handicap public ?

A Monsieur le Ministre,  Olivier VERAN  Ministère des Solidarités et de la Santé14 avenue Duquesne  75350 PARIS   A Bassens, le 12 octobre 2020

Engagés pour remplir pleinement nos missions de service public auprès d’une population extrêmement vulnérable en situation de polyhandicap, de troubles déficitaires chroniques et de très grande dépendance, l’ensemble des professionnels de la Maison d’Accueil Spécialisée La Boréale (MAS) vous prie de bien vouloir accorder quelques-unes de vos précieuses minutes à la lecture de ce courrier.

Alors que les conclusions du Ségur de la Santé que vous avez présentées lors d’un discours en date 21 juillet 2020 laissaient présager une revalorisation de nos maigres salaires, le décret n° 2020- 1152 du 19 septembre 2020 annonce que les professionnels des MAS publiques, dont La Boréale, sont « expressément exclus du champ d’application de cette mesure ». Nous en sommes profondément choqués.

Dévoués, nous étions pourtant au combat, et en première ligne, face à la Covid-19 que nous avons côtoyée et côtoyons encore de bien trop près dans notre structure.

Parallèlement à la médicalisation des Etablissements d’Hébergement Pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) qui concerne les plus âgés, la MAS accueille des résidents plus jeunes dont la médicalisation est tout aussi justifiée et non dénuée de spécificités. De plus, certains résidents ont été accueillis à la MAS après un échec de séjour en EHPAD, échec dû aux pathologies. Historiquement la MAS accueille des personnes porteuses des handicaps les plus lourds comme la grande majorité des MAS publiques issues de Centre Hospitalier (CH) ou de Centre Hospitalier Spécialisé (CHS).

Nous avons besoin de comprendre en quoi la mesure 1 de l’accord « Rendre attractive la Fonction Publique Hospitalière (FPH) : « revaloriser les carrières et les rémunérations et sécuriser les environnements de travail » ne concernerait pas la MAS.
Comment pouvez-vous exclure le secteur du handicap qui normalement devait être une priorité du quinquennat, comme l’avait annoncé Édouard Philippe ?

Nous sommes atterrés de constater que cette revalorisation crée des injustices de traitement et des inégalités jamais vues au sein d’une même FPH, notamment le CHS de la Savoie, avec lequel nous avons une direction commune. Nous nous sentons humiliés d’être oubliés, bafoués, pire que ça, exclus des si nobles objectifs des « accords du Ségur de la Santé [qui visent à] témoigner de l’engagement total du Gouvernement envers les personnels […] particulièrement mobilisés depuis le début de la crise sanitaire ».

Serions-nous des acteurs ne pesant pas assez lourd dans le système de santé ? Serions-nous des invisibles ? Comprenez notre immense inquiétude sur les conséquences qu’une telle mesure engendrera nécessairement en termes de recrutement sur un marché déjà tendu et de fuite de professionnels qualifiés au profit de services plus attractifs sur le plan salarial.

L’enjeu ? Celui de la survie d’un accompagnement de qualité pour nos résidents en situation de handicaps sévères. Nous déplorons être victimes d’une flagrante ségrégation. Être exclus du plan qui vise à « reconnaître l’engagement et le dévouement des soignants au service des Français » génère incompréhension, tension, déconsidération, colère et révolte au sein de notre structure.

Nous attendons la reconnaissance méritée des professionnels que nous sommes, engagés auprès des personnes en situation de handicap sévère.

Nous ne sommes pas des professionnels AU RABAIS ! Comme les agents des établissements publics de santé, ceux des groupements de coopération sanitaire et ceux des EHPAD de la FPH, nous méritons les 183 € net mensuels d’augmentation.

Nous comptons sur vous pour étendre aux professionnels du secteur du handicap de la FPH les mesures du Ségur de la Santé, enjeu de reconnaissance gouvernementale. Nous sommes déterminés pour défendre notre position dans cette situation d’injustice et prêts, s’il le faut, à venir chercher ces 183 euros au ministère.

Espérant que vous ne serez pas insensible aux professionnels du secteur du handicap, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de nos respectueuses salutations.  Les professionnels de la MAS La Boréale

2ème Courrier envoyé par mail à Madame Cluzel cellule-courriers-seph@pm.gouv.fr

Madame La Secrétaire d’Etat,

En votre qualité de Secrétaire d’Etat chargée des Personnes Handicapées, vous n’ignorez sans doute pas que le décret n° 2020-1152 du 19 septembre 2020, issu du Ségur de la Santé, a expressément exclu le secteur handicap du médico-social de la Fonction Publique Hospitalière du champ d’application de la revalorisation salariale de 183€ nets par mois, accordée aux seuls hôpitaux et aux EHPAD.

Or La Boréale est la seule Maison d’Accueil Spécialisée (MAS) publique du département de la Savoie et à ce titre, doit pouvoir compter sur la considération de son investissement, au jour le jour, dans la politique nationale de santé publique auprès des personnes les plus lourdement handicapées.
Nous, professionnels, tous métiers confondus, avons à la MAS La Boréale un profond sentiment d’injustice et d’un cruel manque de reconnaissance de nos compétences auprès des résidents accueillis, par les pouvoirs publics.

A l’hôpital, en EHPAD ou en MAS, les diplômes sont les mêmes et pourtant le gouvernement entend pratiquer une ségrégation au sein d’une unique Fonction Publique Hospitalière par des salaires inégaux.

A terme, comment garantir un recrutement professionnel de qualité, nécessaire pour répondre aux missions d’accueil qui sont, rappelons-le, l’hébergement, l’accompagnement socio-éducatif et le soin dans le respect de la spécificité de chaque résident accueilli, au vu de la sévérité des handicaps ?
La Boréale accueille des adultes en situation de polyhandicap et de psycho-déficiences profondes, demandant de la part des professionnels un savoir être et un savoir-faire particuliers qui ne s’acquièrent qu’avec de l’expérience.

Alors que nous ne sommes qu’à quelques dizaines de mètres du Centre Hospitalier Spécialisé (CHS) avec lequel nous partageons une direction commune, nous craignons que les professionnels choisissent d’aller travailler là où ils pourront gagner presque 200€ de plus par mois, entraînant ainsi une désertification professionnelle par manque d’attractivité salariale.

Le travail en MAS est difficile, complexe mais humainement d’une très grande richesse et nous avons à cœur de le poursuivre. Nous nous sommes mobilisés et continuons à nous mobiliser contre le Covid, d’autant plus que notre établissement a été durement touché par cette maladie.

Nous vous transmettons en pièce jointe le courrier que nous avons envoyé à Monsieur Olivier VERAN, Ministre des Solidarités et de la Santé, pour dénoncer cette situation dégradante. Cela ne vous prendra que quelques minutes pour en prendre connaissance.
Nous avons besoin de votre soutien, vous êtes et en tant que telle, vous avez la possibilité de nous aider et de nous représenter.

En vous remerciant d’avoir pris le temps de nous lire, nous espérons vivement pouvoir compter sur votre implication dans notre combat contre cette injustice.

Au nom de l’ensemble des professionnels de la Boréale, veuillez recevoir, Madame La Secrétaire d’Etat , nos respectueuses salutations.

page1image25368Boîte postale 65383, avenue de Bassens73006 CHAMBERY CEDEX 04.79.60.30.81educateurs@mas-bassens.fr