EXPERT EN RADICALISATION et DERIVES
Articles les plus vus
Catégories
Partenaire
Visites

Tunisie : Bhar Lazreg, ce quartier maudit « dont il ne faut pas prononcer le nom »

Là, à la lisière des hôtels de luxe du Grand Tunis, sévissent misère, violence et discrimination

Bien qu’appartenant à la ville huppée de La Marsa, au nord de Tunis, Bhar Lazreg est un quartier oublié qui s’est construit dans l’illégalité. Là, à la lisière des villas et hôtels de luxe du Grand Tunis, sévissent misère, violence et discrimination

Pompiste clandestin, un des nombreux petits métiers au cœur de Bhar Lazreg (MEE/Mathieu Galtier). Par Mathieu Galtier

BHAR LAZREG, Tunisie (Littéralement: la mer bleue).

Les pieds dans la boue mais les yeux fixés sur les villas aux murs blanchis à la chaux et aux ouvertures bleues si caractéristiques de la région, Adel* enrage. 

« Il y a un an, je cuisinais pour ces propriétaires de belles maisons. C’étaient les clients du restaurant chic où je travaillais. J’étais exploité : 1 300 dinars [environ 400 euros] à peine pour plus de 48 heures par semaine [temps de travail maximal en Tunisie], mais je faisais quelque chose », témoigne-t-il à Middle East Eye

« Depuis mars, je suis au chômage à cause de la crise sanitaire et je reste à Bhar Lazreg à ne rien faire. »

Dans le café Ennour, les clients opinent. Sans avoir le CV d’Adel, beaucoup disent avoir travaillé pour les restaurants, bars et hôtels de luxe de La Marsa, Gammarth et Sidi Bou Saïd, les villes huppées de la banlieue nord de Tunis, situées juste de l’autre côté de la voie express. 

Luxe, calme et volupté sont à portée de main de leur repère, planté dans une rue où le bitume est remplacé par la boue, les débris de tuiles et les déchets.