EXPERT EN RADICALISATION et DERIVES
Articles les plus vus
Catégories
Partenaire
Visites

Comment la police a fait appel à la population pour mener l’enquête à Vienne :

 

La police a demandé aux habitants de lui envoyer toutes les photos et vidéos de l’attaque.

La police a demandé aux habitants de Vienne de lui envoyer toutes les photos et vidéos de l’attaque. © JOE KLAMAR / AFP

Pour tirer au clair l’hypothèse de la présence d’un second assaillant dans l’attentat de Vienne, qui a fait au moins 4 morts lundi soir, la police a eu recours à une technique pour le moins singulière. Les forces de l’ordre de la capitale ont demandé de l’aide à la population.

C’est une technique d’investigation pour le moins originale. Alors qu’au moins un homme a tué quatre personnes lors de fusillades lundi soir dans le centre de Vienne, en Autriche, le doute persistait sur l’existence d’un éventuel second assaillant. Pour le lever autant que faire se peut, la police autrichienne a eu recours à une méthode inédite : demander à la population viennoise de lui faire parvenir toutes les vidéos et les photos prises pendant les neuf minutes qu’a duré l’attaque.

20.000 vidéos envoyées par les Autrichiens à la police

En quelques heures, c’est donc environ 20.000 vidéos qui ont été envoyées par les Autrichiens sur une plate-forme numérique spécialement mis en place. Les fusillades qui ont éclaté à six endroits dans la capitale autrichienne ont été filmées sous différents angles par des habitants qui s’étaient mis à l’abri. Mais malgré le grand nombre d’images, à aucun moment un éventuel second assaillant n’apparaît. 

Un assaillant qui a « trompé » le programme de déradicalisation

C’est pour cela que l’enquête sur cet attentat, revendiqué par l’État islamique mardi en début de soirée, se concentre sur l’assaillant âgé de 20 ans abattu par les forces de l’ordre. Né dans la banlieue de Vienne, il a été condamné à 22 mois de prison en 2019 pour avoir tenté de rallier la Syrie. Passé par le programme de déradicalisation autrichien, il a réussi à tromper tout le monde, gardant des contacts avec des djihadistes allemands rencontrés à la frontière entre la Turquie et la Syrie.

Pour l’heure, les forces de l’ordre autrichiennes ont procédé à 14 interpellations et 18 perquisitions dans le cadre de cette enquête. Par ailleurs, deux jeunes hommes suisses de 18 et 24 ans ont été arrêtés ce mardi à Winterthour, près de Zurich, dans le nord de la Suisse. Par Hélène Kohl, édité par Ugo Pascolo

Un témoin, interrogé sur une chaîne de télévision, a dit avoir vu « courir une personne avec une arme automatique, qui tirait sauvagement ». La police est alors arrivée sur les lieux et a riposté, un autre témoin faisant état « d’au moins 50 coups de feu ». « A ce stade, il n’est pas possible de dire si la synagogue était visée », a réagi sur Twitter Oskar Deutsch, le président de la Communauté israélite de Vienne (IKG).

Selon la police autrichienne, des coups de feu ont été tirés lundi soir dans le centre de Vienne. Au moins une victime est à déplorer et l’un des assaillants a également été abattu. Un autre serait « en fuite », selon le ministère de l’Intérieur. Plusieurs blessés ont été identifiés.

Plusieurs coups de feu ont été tirés lundi soir dans le centre de Vienne, selon la police qui a fait état de « blessés », des médias locaux évoquant une attaque à proximité d’une importante synagogue de la capitale autrichienne, vers Seitenstettengasse. Un des agresseurs – il sont plusieurs – a été abattu, selon la police de Vienne qui a publié un post sur le réseau social Twitter. Un autre serait « en fuite », a précisé le ministère de l’Intérieur, cité par l’agence de presse autrichienne APA.

« Une personne avec une arme automatique qui tirait sauvagement »

Dans son tweet, la police de Vienne a également indiqué qu’une victime était à déplorer et plusieurs personnes blessées, dont un policier. La fusillade a éclaté vers 20h et six scènes de crime ont été identifiées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.