EXPERT EN RADICALISATION et DERIVES
Articles les plus vus
Catégories
Partenaire
Visites

Science

La campagne de vaccination contre le Covid-19…

…débute dimanche 27 décembre 2020

 
 

Olivier Véran détaille les objectifs de la campagne dans le JDD. (Reuters)

« Ce vaccin va sauver beaucoup de vies », explique Olivier Véran dans une interview à paraître demain dans le JDD alors que la campagne de vaccination contre le Covid-19 commence demain. Selon l’entourage du ministre des Solidarités et de la Santé, une dizaine de résidents d’une unité de soins longue durée (USLD) et un médecin de plus de 65 ans en bénéficieront dans la matinée à Sevran (Seine-Saint-Denis). Demain après-midi, ce sont des résidents d’un USLD de Dijon (Côte-d’Or) ainsi qu’un professeur d’université en gériatrie de plus de 65 ans qui seront vaccinés à leur tour.
Olivier Véran qualifie ces premières injections de « très bonne nouvelle ». « Ce qu’on sait des effets indésirables, hors les rares cas d’allergie grave (1 cas d’allergie pour 45.000), atteste que la balance bénéfices/risques est très favorable », affirme-t-il dans nos colonnes.
Quant aux polémiques politiques qui entourent le démarrage de cette campagne de vaccination, Olivier Véran tente de s’en abstraire : « La vaccination n’est ni de droite ni de gauche. »

2
 

Un syndicat d’infirmiers prône la vaccination obligatoire des soignants

Rendre la vaccination contre le Covid-19 obligatoire, telle est l’idée défendue par Daniel Guillerm, le président de la Fédération nationale des infirmiers, dans une tribune publiée par le JDD. Alors que la moitié seulement des infirmiers libéraux seraient prêts à se faire vacciner et que plus des trois quarts des soignants des Ehpad seraient réfractaires aux injections, le responsable syndical convoque trois arguments pro-obligation.
D’abord « un devoir d’exemplarité » : les soignants doivent être des modèles, au moment où la défiance vis-à-vis du sérum augmente. Ensuite, le risque de poursuites pénales auxquelles ils pourraient devoir faire face : ne pas se faire vacciner reviendrait à mettre en danger les résidents âgés et fragiles des Ehpad, au même titre que le refus de porter un masque.
Enfin, même si on ignore encore si la vaccination avec le sérum de Pfizer-BioNTech empêche la transmission du virus ou si elle protège seulement contre les formes sévères du Covid-19, Guillerm en appelle à l’application du « principe de précaution ».

2020, année la plus meurtrière de l’Histoire des États-Unis.

Et en France ?

MORTALITÉ
Avec près de 400.000 morts supplémentaires par rapport à 2019, les Etats-Unis connaitront cette année un record de mortalité. En France, la situation est plus contrastée. Avec Laurent Chalard
 
L’année 2020 est la plus meurtrière. Tout simplement parce que les Etats-Unis connaissent une croissance démographique conséquente, continue depuis l’arrivée des premiers habitants. Cela sous entend qu’il y a une augmentation des décès continue quasiment chaque année aux Etats-Unis, parce qu’on a plus d’habitants tous les ans. Mécaniquement, plus de gens meurent. Mais ça ne veut pas dire que les gens vivent moins longtemps. Dans les années 1930, il y avait à peu près 1,4 millions de décès. L’année dernière, c’était à peu près 2,8 millions, c’est à dire deux fois plus. Mais entre-temps la population est passé de 130 millions d’habitants a plus de 300 millions d’habitants, l’augmentation du nombre de décès aux Etats-Unis est logique et traduit simplement l’augmentation de la population en général. Donc mécaniquement, Covid ou non, l’année 2020 allait être la plus meurtrière. Ce qu’il faut regarder ce n’est pas tant ça, mais plutôt : est-ce que la hausse est beaucoup plus importante que celle qui se constate chaque année. Traditionnellement, le nombre de décès augmente de quelques dizaines de milliers par an mais on se rend effectivement compte qu’en 2020 ça va être quelques centaines de milliers. On pense environ 400.000, c’est-à-dire environ dix fois plus que l’augmentation attendue. Il y a une vraie surmortalité Covid aux Etats-Unis, mais la surmortalité constatée est supérieure au nombre de décès Covid, comme dans la plupart des pays, à l’exception notable de la France. L’effet Covid exagère le record de mortalité de 2020. Ce qui va être intéressant de surveiller c’est l’espérance de vie. Aux Etats-Unis, depuis quelques années, elle stagnait voire diminuait légèrement du fait de la crise des opioïdes. Avec cette mortalité conséquence, on va avoir une baisse de l’espérance de vie qui va s’accentuer par rapport aux années précédentes.

En France, va-t-on avoir une année particulièrement meurtrière ou la plus meurtrière de l’histoire, comme aux Etats-Unis ?

La France est dans une situation différente des Etats-Unis car la France n’a pas connu de croissance démographique très importante durant le XXe siècle, la fécondité diminue et le pays a connu des crises de mortalité très fortes liées aux guerres mondiales. On est monté à près de 800.000 décès lors de certaines années. Les records de mortalité liés aux guerres ne seront pas battus. En France il y a un phénomène structurel, depuis une quinzaine d’années, de montée des décès. En 2004, on a eu 509.429 décès et en 2019, 599.408 donc une augmentation de près de 100.000. Cela s’explique par l’arrivée progressive des générations très nombreuses du baby-boom à un âge avancé. Depuis 2015, le nombre de décès est à son maximum depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. En 2020, il y avait une hausse prévisible pour des raisons structurelles mais la crise du Covid va accentuer cette hausse. On va avoir environ 40.000 à 50.000 décès supplémentaires, même si on n’a pas encore les chiffres exacts. On va donc avoir un record autour de 640.000 décès, soit un chiffre assez proche des données de 1945. On avait eu 643.899 décès et on peut penser qu’on sera autour de ce chiffre. La tendance structurelle est donc fortement accentuée par la surmortalité due au Covid. Ce qui devrait conduire à une baisse de l’espérance de vie.

L’espérance de vie va donc baisser en 2020 ?

Oui, c’est sûr. Je ne sais pas exactement de combien, peut être d’une demi-année. Ces dernières années elle continuait de progresser. On avait gagné environ deux ans chez les hommes ces dix dernières années, un peu moins chez les femmes. Cette espérance de vie devrait réduire plus fortement chez les hommes apparemment, puisqu’ils ont été plus touchés par les cas graves de Covid.

Y-a-t-il un risque que ces tendances conjoncturelles aient des effets de long-terme ?

Le premier effet c’est que les gens qui sont décédé cette année à cause du Covid et qui n’auraient pas dû décéder, par définition, ne décéderont pas l’année prochaine ou dans deux ans. Si le Covid venait à ne plus être mortel, on pourrait s’attendre à ce qu’il y ait une sous-mortalité dans les prochaines années, plutôt en 2022. Cela n’est vrai que si l’on parvient à stopper la pandémie. Tant qu’elle sera là, on aura une surmortalité plus ou moins importante. Toutefois, le Covid a tué des personnes qui seraient décédées dans les dix-huit mois qui suivaient, même sans la pandémie, mais il tue aussi des gens qui ne seraient peut-être décédés que dix ans plus tard donc on peut penser que même si la situation améliore, ce pic restera et ne sera pas entièrement lissé. Il sera peut-être atténué en partie.

Par ailleurs, le nombre de décès se rapproche dangereusement du solde de naissance, ça a un impact sur le solde naturel. La croissance démographique de la France est tirée par l’excédent des croissances sur les décès. Un pic de mortalité, parallèlement à une baisse des naissances, sous-entend que la croissance démographique sera en berne en 2020. Toutefois, pour les prochaines années, la tendance à la baisse de la natalité est moins assurée que la hausse des décès, parce que les enfants des années 2000 vont commencer à avoir des enfants. Mais la hausse des décès est portée par les baby-boomers car ils n’ont pas encore atteint l’âge moyen des décès, à 80 ans. On devrait approcher 700.000 bientôt. 2020 va nous paraître exceptionnel en terme de nombre de décès, mais ce nombre sera courant d’ici une dizaine d’années.

« Ceux qui bénéficient de la laïcité ne la défendent pas »

Le silence comme les critiques de la laïcité sont les résultats de campagnes mondiales – surtout en anglais et dans le monde universitaire.

Karima Bennoune, rapporteuse spéciale des Nations unies, raconte son combat parfois solitaire pour défendre la laïcité auprès des instances internationales (entretien initialement publié par Le Point). Par Clément Pétreault

Y a-t-il encore quelqu’un pour défendre la laïcité et le sécularisme auprès des instances internationales ? Pour Karima Bennoune, rapporteuse spéciale des Nations unies dans le domaine des droits culturels, la laïcité – et le sécularisme qui en résulte – n’ont pas franchement la cote auprès des organismes internationaux, où siègent de nombreux représentants qui ne dissimulent pas leurs convictions religieuses, notamment lorsqu’il est question des droits des femmes. Plus inquiétant encore pour cette professeure de droit à l’université de Californie à Davis, la laïcité fait aussi l’objet d’un contre-discours véhiculé par des milieux universitaires anglophones, qui perçoivent essentiellement cette spécificité française comme une entrave au fait religieux. Karima Bennoune est née et a grandi en Algérie et aux États-Unis. Elle a publié Votre fatwa ne s’applique pas ici, (Temps Présent Éditions), un récit basé sur les témoignages de plus de 300 personnes dans 30 pays, qui s’opposent aux fondamentalismes. Consultante pour l’Unesco avant de devenir rapporteuse dans le domaine des droits culturels pour l’ONU, Karima Bennoune défend la laïcité comme un préalable aux droits de l’homme.

Le Point : Comment est comprise la laïcité dans des instances internationales comme l’ONU ?

Karima Bennoune : Il est assez rare qu’une instance de l’ONU se prononce explicitement au sujet de la laïcité, sauf de temps à autre pour la critiquer, notamment sur la question du voile. En tant que rapporteuse spéciale dans le domaine des droits culturels à l’ONU, j’ai toujours souligné l’importance de la laïcité [traduite par « secularism » en anglais, NDLR] comme condition préalable aux droits humains. Ces prises de position ne sont pas exactement considérées comme politiquement correctes à l’ONU. Mais j’insiste, car la laïcité en tant que principe de séparation entre l’État et la religion est, entre autres, un élément puissant dans la lutte contre les idéologies extrémistes et fondamentalistes qui visent les femmes. J’ai écrit dans un rapport que la laïcité « ménage aux femmes et aux minorités un espace qui leur permet de critiquer ces idéologies et d’exercer leurs droits culturels sans discrimination. La laïcité se manifeste sous diverses formes, dans toutes les régions du monde ». La laïcité n’est pas l’athéisme et j’aime la définition qu’en donne la féministe indienne Gita Sahgal : « La laïcité ne signifie pas l’absence de religion, mais renvoie plutôt à une structure étatique qui défend tout à la fois la liberté d’expression et la liberté de religion ou de conviction, où il n’y a pas de religion d’État, où la loi n’est pas d’inspiration divine et où les acteurs religieux ne peuvent imposer leur volonté sur les politiques des pouvoirs publics. » Elle n’oppose pas « les croyants et les laïques, mais les antilaïques et ceux qui ont des valeurs laïques », et ce n’est pas un détail !

Comment expliquer ce silence de l’ONU autour de la laïcité ?

Il me semble que le silence comme les rares critiques de la laïcité sont les résultats logiques de campagnes mondiales – surtout en anglais et dans le monde universitaire – contre la laïcité. Malheureusement, ces positions sont très à la mode dans certains milieux, y compris parmi certains défenseurs des droits humains en Occident, et surtout parmi ceux qui travaillent en anglais. Cela accroît la responsabilité des défenseurs de la laïcité qui doivent continuer à s’exprimer à haute voix, même quand cela ne semble pas convenable. Nous avons besoin d’une coalition des laïques aux Nations unies, une coalition capable de défendre ces valeurs avec vigueur. J’ai beaucoup de reconnaissance à l’égard des féministes françaises qui ont insisté pour que la France soutienne mon rapport à l’Assemblée générale sur les fondamentalismes et les droits culturels des femmes, mais dans l’ensemble nos efforts actuels sont plutôt ponctuels et nous avons besoin de les systématiser. Il est facile de se plaindre ou de critiquer, mais ce n’est pas suffisant… Nous avons besoin de travailler ensemble au-delà des frontières linguistiques, et j’espère que nous tisserons davantage de liens entre ceux qui travaillent en français et ceux qui mènent des combats similaires ailleurs et dans d’autres langues. La laïcité devrait être envisagée comme préalable systématique aux droits humains.

Estimez-vous la laïcité en danger ?

Absolument et partout. Les menaces fusent de toutes parts. Politiques, populistes, religieux, universitaires… Il y a bien évidemment la menace que constituent les mouvances fondamentalistes qui sont apparues dans le sillage de toutes les grandes traditions monothéistes du monde, mais il ne faut pas négliger les ravages de la vision woke (« éveillée ») qui a engendré les thèses postmodernes ou « postcoloniales » que l’on voit fleurir partout, notamment à l’université. De manière générale, je suis frappée par le fait que beaucoup de ceux qui bénéficient de la laïcité dans leur vie quotidienne ne la défendent pas.

Justement, est-elle défendue ?

Absolument et partout ! Et surtout par celles qui aimeraient bien bénéficier de la protection qu’elle peut offrir. Bien souvent, ce sont des féministes d’Afrique du Nord ou d’Asie du Sud qui sont en première ligne dans ce combat. Je me souviens d’une conversation marquante avec une militante pour les droits des femmes, fille d’un imam au Niger, alors que je menais des recherches pour mon livre Votre fatwa ne s’applique pas ici. Elle me parlait des islamistes de son pays et me disait : « Ces types font peur aux gens. Ils ont des ambitions politiques. La laïcité, c’est une manière de leur barrer la route. » Cela est tout aussi clair pour les féministes polonaises dans le contexte que l’on connaît. Heureusement, le combat laïque est mené par des militants tout autour du monde, comme c’était le cas de mon regretté père, Mahfoud Bennoune.

Est-ce un combat dangereux ?

Oui, ce combat pour la laïcité est dangereux dans bien des situations. Lorsque je suis allée aux Maldives en mission pour l’ONU en 2019, j’ai rencontré les familles de deux jeunes laïques maldiviens : Ahmed Rilwan, poète et journaliste, porté disparu en 2014, et l’auteur satirique et blogueur Yameen Rashid. Rashid, qui a mené une campagne implacable pour retrouver son collègue Rilwan après sa disparition, fut assassiné en avril 2017 à l’âge de 29 ans. L’assassinat de Rilwan par un groupuscule lié à Al-Qaïda après son enlèvement a été confirmé, en 2019. Si nous voulons faire avancer la laïcité au niveau mondial, nous avons besoin d’agir ensemble pour mettre fin à ces tragédies innombrables et soutenir tous les Rilwan et Rashid, dans toutes les régions du monde ! Nous devons travailler en réseau au niveau international pour soutenir les laïques, pour que nul ne milite et ne se sacrifie dans l’obscurité. Quand ces militants tombent – dans n’importe quel pays du monde –, nous avons la responsabilité de commémorer leur travail et de le continuer. Nous avons besoin de briser les murs de solitude dans laquelle travaillent nombre de nos collègues défenseurs des droits humains et de la laïcité. Je pense très fort à Mohamed Cheick Mkhaitir, courageux blogueur mauritanien qui a été condamné à mort pour « blasphème » et ensuite emprisonné pendant 5 ans et 7 mois pour son combat contre l’utilisation de la religion pour justifier l’esclavage… Il continue à courir des risques et reçoit des menaces même en exil en France actuellement. Malgré cette expérience, il est en train de créer une association intitulée Vision laïque africaine (Vilaf) pour promouvoir la laïcité en Afrique. Il faut le soutenir !

Y a-t-il une compétition des modèles de société au sein des institutions internationales ?

Oui. Et je déplore que des arguments relativistes se retrouvent dans des textes de résolutions des Nations unies. J’ai évoqué cette question dans mon rapport pour l’assemblée générale de 2018, à l’occasion du 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme. L’universalisme est actuellement la cible de multiples attaques, notamment de la part de certains gouvernements, y compris ceux qui font un usage impropre de la culture et des droits culturels en guise de justification. Cette situation est porteuse de multiples défis pour la jouissance de tous les droits humains. Compte tenu des nombreuses attaques, il est nécessaire d’aller au-delà des platitudes. Nous avons besoin d’un renouvellement fondamental de l’universalisme, lequel devrait non seulement rappeler l’émancipation et les droits qu’il a permis d’obtenir, mais également de penser à la manière dont on va pouvoir renouveler la promesse avec la participation des nouvelles générations.

Les athées sont-ils représentés et leur avis est-il pris en compte ?

Oui. Encore une fois, je tiens à souligner que l’athéisme et la laïcité ne sont pas synonymes, et parmi les laïques que j’ai rencontrés partout dans le monde, il y a aussi beaucoup de croyants et de pratiquants. Il existe des ONG qui défendent les droits des athées, comme Humanists International, qui est très actif dans l’écosystème onusien. Leur travail est très important, mais, hélas, les fondamentalistes et les partisans du conservatisme religieux sont plus nombreux dans ces espaces – surtout quand on parle des droits des femmes – et ils ont beaucoup plus de ressources et de soutien, y compris étatiques. Je suis heureuse de constater que mon collègue Ahmed Shaheed, rapporteur spécial sur la liberté de religion ou de conviction, souligne toujours la liberté de religion… « ou de conviction » parce qu’il a bien compris l’importance d’inclure la question des droits des « personnes areligieuses » aux débats.

Vous parliez de relativisme culturel. Cette notion, notamment défendue par de nombreux progressistes, ouvre-t-elle la voie à des formes religieuses radicales et sectaires ?

Oui, sans aucun doute. La résurgence du relativisme culturel – à droite comme à gauche – représente une menace sérieuse sur les droits humains, y compris les droits des femmes et des minorités. J’ai rédigé un rapport sur les fondamentalismes et les droits culturels en 2017 dans lequel je tente de rappeler quelques principes, notamment celui qui veut que les « droits culturels ne signifient pas relativisme culturel. Les droits culturels n’excusent pas la violation d’autres droits de l’homme, ne justifient pas la discrimination ou la violence, n’autorisent pas l’imposition d’identités ou de pratiques à d’autres personnes ou leur exclusion de ces identités ou de ces pratiques en violation du droit international. Ils sont fermement ancrés dans le cadre universel des droits de l’homme ». Une de mes préoccupations majeures en ce moment porte sur la progression du relativisme culturel et les tentatives répétées de placer les particularismes au-dessus des normes universelles. Le relativisme culturel a été répudié par le droit relatif aux droits de l’homme et ne devrait être toléré dans aucun contexte, en particulier à l’ONU et dans les organes de défense des droits de l’homme… chaque pratique, norme et tradition culturelle doit résister à l’épreuve des droits de l’homme universels et montrer sa capacité à promouvoir et à entretenir la dignité humaine pour être légitime. Pourtant, ce relativisme culturel se retrouve régulièrement présent dans les forums des Nations unies et dans les universités.

Vous considérez que les droits de l’homme résistent mal à la revendication identitaire particulariste ?

Certains défenseurs du colonialisme et certaines personnes se considérant comme « postcoloniales » ont parfois utilisé des arguments similaires pour justifier leur relativisme culturel.
En réalité, le relativisme culturel n’est pas une simple construction théorique, les exclusions de la protection des droits qu’elle cherche à créer ont des conséquences graves, parfois mortelles… Avec mon livre, Votre fatwa ne s’applique pas ici, j’ai analysé les luttes des personnes de culture musulmane contre l’islamisme. Plusieurs fois, des « esprits critiques » occidentaux autoproclamés progressistes m’ont suggéré de renoncer à la notion de « droits humains » dans le cadre de la lutte contre l’islamisme, car il s’agirait d’une « notion occidentale » qui « ne s’applique pas aux musulmans ». Cette position concorde en fait plutôt bien avec le point de vue des fondamentalistes. N’est-il pas choquant d’affirmer que 1,5 milliard d’habitants de la planète ne remplissent pas les conditions requises pour avoir des droits ?

 

 

Covid-19 : le dispositif d’aide à l’isolement se précise

Des médiateurs vont être recrutés pour accompagner le rendu des examens.

Dans le cadre du nouveau dispositif à l’isolement des malades du Covid-19, les médiateurs vont être recrutés pour accompagner le rendu des examens. Des visites à domicile seront mises en place début 2021. Par Pierre Bafoil
 
Un centre de dépistage à Nantes.
Un centre de dépistage à Nantes. (Reuters)
Jeudi, lors de la conférence de presse hebdomadaire du gouvernement, Jean Castex et Olivier Véran ont évoqué le nouveau dispositif d’isolement dont le JDD avait révélé les contours dimanche dernier. Il devrait être précisé dans les prochains jours pour être effectif vers la mi-janvier, d’après une source. Ce dispositif, non contraignant, comme l’a précisé le Premier ­ministre, s’appuiera sur des tests de Covid-19 qui devront être rendus en moins de vingt-quatre heures. Ils seront effectués par des professionnels de santé (médecins, infirmiers, pharmaciens) ou, lors d’opérations ciblées, par des médiateurs « TAP » (« tester, alerter, protéger »).

Ces nouveaux intervenants seront recrutés parmi les professionnels et étudiants en santé, les secouristes ou des jeunes, en service civique ou orientés par Pôle emploi.

Droits et devoirs

Une fois le test effectué, ces derniers, en plus d’amorcer le traçage des cas contact, devront remplir des missions de conseil et d’information sur l’isolement. Ils seront chargés de faire signer à toute personne positive ce qu’Olivier Véran a appelé une « charte », soit une sorte de déclaration sur l’honneur matérialisant son engagement à observer la période d’isolement. D’après la note que le JDD a pu consulter, ce « formulaire », encore à l’étude, comportera les « droits et [les] devoirs ».

Les personnes infectées se verront alors proposer un dispositif d’aide à l’isolement qui prendrait la forme d’un suivi à distance par les brigades de l’Assurance maladie, mais surtout de visites à domicile effectuées par des équipes pluri­disciplinaires. Celles-ci seront composées d’infirmiers libéraux et d’intervenants sociaux provenant des caisses centrales d’activités sociales ou d’associations. Leur mission : tester les membres d’un même foyer, dispenser des conseils et proposer un « accompagnement matériel » pour les courses ou la garde d’enfant ainsi que des possibilités de relogement.

D’après la note, afin de pouvoir faire transiter les « données personnelles » des personnes dépistées aux différents acteurs, « une plateforme de régulation du dispositif d’accompagnement » sera mise en place.

Covid-19 : pourquoi nous allons nous en sortir

 

…un éclairage nouveau sur la façon dont nous nous adaptons aux pathogènes.

Un ouvrage du médecin et sociologue Nicholas Christakis. Par Peggy Sastre*

Malgre les progres scientifiques, le Covid-19 apparait comme aussi funeste que les pandemies qui l'ont precede.
Malgré les progrès scientifiques, le Covid-19 apparaît comme aussi funeste que les pandémies qui l’ont précédé. © Le triomphe de la mort, fresque de Giacomo Borlone de Buschis, 1485

Personne ne commet d’attentat en hurlant «Dieu n’existe pas !»

Marlène Schiappa s’en prend à la gauche « bobo »

La ministre à la Citoyenneté défend le projet de loi sur les séparatismes et s’en prend à la gauche « bobo », qui a renoncé au combat laïque. Propos recueillis par